Samedi Novembre 17 , 2018

Steadycam

Index de l'article
Steadycam
A quoi ça sert ?
Présentation du Deavicam
Toutes les pages

Passionné de cinéma, j'ai toujours voulu faire des films comme les professionnels. A la fin du Lycée, j'ai commencé à fabriquer mon propre steadycam. Après 2-3 ans de recherche et plusieurs prototypes, j'étais en mesure de les produire à très bas coût grâce à une conception simplifiée. Un semblant de nom de produit a été créé (« DEAVICAM », un mélange de "David" et "steadycam") et un site internet est né pour promouvoir l'objet.

La vidéo ci-dessous montre le premier test avec le prototype. A la 50ème seconde du film, je cours avec la caméra et pourtant aucune secousse (ou presque) n'apparait à l'image. Par contre, j'avoue que j'avais quelques difficultés à cadrer !

Les 5 premiers Deavicam ont été vendus à 599 Euros à la fin de l'été 2004 (Environ 20 jours.homme pour 5 Deavicams). Pour gagner du temps et augmenter la qualité du produit, certaines pièces ont été sous-traitées et le prix est grimpé à 699 Euros TTC.

A ce jour, une douzaine de Deavicam ont été vendus. Ce fut un projet personnel très formateur et enrichissant sur le plan des rencontres. Mes vacances scolaires étaient pleinement occupées ! Pour l'anecdote, le site internet n'a jamais été terminé et j'ai eu beaucoup plus de demandes que d'offres. Avec une telle position tarifaire, ce n'est pas une surprise ;) !

Pour être clair, il faut bien comprendre que c'était un travail saisonnier que je m'étais créé au sein de l'entreprise de mes parents (artisant, 2 salariés). Il n'y avait aucun objectif commercial et je n'étais pas intéressé par le profit. Je faisais ça pour le plaisir. Concevoir quelque chose par soi-meme est toujours une expérience gratifiante. On acquiert des connaissances, on entretient sa curiosité et sa créativité. C'est pour cette raison que les ventes de Deavicam était sporadiques et que l'activité n'a duré que deux ans.

Pas intéressé par le profit, je faisais ça pour le plaisir...

Vous allez me dire, pourquoi mes parents n'ont pas continué la fabrication de deavicam ? Je répondrais : 1) ce n'était pas leur coeur de métier, 2) l'entreprise n'avait par pour vocation à fabriquer des produits en série (artisanat), 3) pour être vraiment rentable, il fallait en vendre plus que 10 par an et donc avoir une politique commerciale plus agressive, 4) ils ont atteind l'âge de la retraite.

En tout cas, durant cette courte période d'activité, j'espère avoir offert à mes clients la possibilité de réaliser leur projet en leur rendant accessible du matériel souvent réservé aux professionnels.



A quoi ça sert ?

Un steadycam est un dispositif mécanique sur lequel on fixe la caméra pour éliminer les mouvements brusques et vibrations provoqués par le caméraman. Les steadycams sont de plus en plus utilisés en dehors des plateaux de tournage de films. On les voit couramment dans les rendez-vous sportifs (football, basket, ...) et même dans les journaux télévisés (cf. le journal de TF1 présenté par Claire Chazal lors des élections aux Etats-Unis de Barack Obama).

Pour plus de détails sur les steadycams, je vous invite à consulter wikipedia (cliquez ici) sur le sujet.

La vidéo ci-dessous permet de voir comment fonctionne le Deavicam :

Cette vidéo semble venir de la préhistoire ('A' sur la voiture, caméra VHS, un chat qui ne fait plus parti de ce monde...). Je faisais avec les moyens du bord ! En fait, grâce à la vente des 5 premiers Deavicam, j'ai pu enfin acquérir une caméra numérique en 2004. Eh oui, jusqu'en 2004 j'utilisais encore des grosses cassettes VHS. C'est toujours le cordonnier le plus mal...

Celle-ci montre quelques exemples d'utilisation du Deavicam :


Présentation du Deavicam

Le Deavicam est composé de trois parties : la veste, le bras, et le sled. La veste répartie la charge de l'ensemble du système sur le corps. Le bras amortit les vibrations grâce à ses ressorts. Le Sled isole complètement la caméra des rotations parasites grâce à un réglage très précis du centre de gravité. Les articulations multiples de l'ensemble du système permettent à l'opérateur d'orienter la caméra en toute liberté.

alt

Afin de minimiser les coûts, l'usinage était réduit au maximum en utilisant des tubes aux dimensions standard. Je m'interdisais également la soudure pour deux raisons. D'une part, je suis loin d'être un professionnel de la soudure au MIG semi-auto (l'équipement à ma disposition). D'autre part, les conditions doivent être idéales pour faire un beau cordon de soudure (pièces propres, maitrise de la "cuisine" fil/gaz/matériau, anticiper la déformation des pièces...). L'aluminium est particulièrement délicat à souder.

  • La veste est constituée simplement de trois plaques en aluminium pliées. Le revêtement en tissus et le système de fixation Velcro était magnifiquement réalisé par Gilles Micheneau (tapissiers et tapissiers-décorateurs) aux Essarts (85):

  • Tous les axes du bras amortisseur sont montés sur roulements standards (16 au total). L'usage des roulements permet de réduire au maximum les frottements. La boulonnerie est dissimulée à l'intérieur des tubes pour "le plaisir des yeux" :

  • Le principal tube du sled à la particularité d'être en inox pour des raisons mécaniques et esthétiques. Les contre-poids cylindriques en bas du sled sont en fait des chutes provenant de l'entreprise Rabaud à Ste Cécile (85). Ces pièces sont des résidus de découpe au laser. C'était parfait pour faire de jolis contre-poids !